Accueil > Actualités > [colloque] > Achevé d’imprimer

Achevé d’imprimer

Achevé d’imprimer
colloque organisé par Éditer, atelier de recherche éditoriale de l’ÉESI
le vendredi 10 mai 2019 de 9h à 18h
Dans l’amphithéâtre de la Médiathèque l’Alpha, 1 rue Coulomb à Angoulême

avec des interventions de MeMo, Lize Braat, Huz & Bosshard, Panthère Première, Lézard Graphique, Benoît Jacques et Amandine Doche

En octobre 2018, la question du livre et de ses auteurs et autrices émerge au sein de l’atelier de recherche éditorial à l’École européenne supérieure de l’image d’Angoulême. Dix-neuf étudiantes et étudiants de deuxième et troisième année de l’école se rassemblent pour ré-interroger communément le livre, et plus particulièrement sa position à la lisière entre la bande dessinée, le livre d’artiste et le design éditorial. Cette amorce soulève quantité de questions relatives aux pratiques éditoriales menées au sein de l’école.

  • À partir de quel moment parle-t-on de livre ou de fanzine  ?
  • Quelle taille de structure idéale pour quel type d’édition  ?
  • L’auto-édition est-elle un choix ou une obligation budgétaire  ?
  • Peut-on se payer dans l’édition  ?
  • Comment éviter l’essoufflement artistique ou économique de sa structure  ?

Si l’école d’art semble a priori préparer au métier spécifique d’auteur et d’autrice, nous sommes amené·es à nous prêter aux exercices des différents rôles de la chaîne du livre. Nous endossons successivement les fonctions de dessinateurs et dessinatrices, écrivaines et écrivains, poètes et poétesses, photographes, éditeurs et éditrices, designers et designeuses, typographes et typotes, imprimeurs et imprimeuses, façonnières et façonniers… En résonance à notre pratique, la problématique du co-autorat devient centrale.

  • Peut-on tout faire seul·e  ?
  • Comment choisit-on qui nous éditons  ?
  • Peut-on être engagé·e à chaque point de la chaîne du livre  ?
  • Quelle part laisser aux affinités  ?
  • Quelles attentes et relations entre auteur·ices et éditeur·ices  ?
  • Comment en vient-on à éditer d’autres personnes, ou soi-même  ?
  • Quelle relation de coopération se tissent entre tous·tes ces acteurs et actrices ?

Attaché·es à la porosité des catégories éditoriales et au décloisonnement des genres, nous réfléchissons à des espaces de rencontres entre ces pratiques d’auteurs et d’autrices, leurs places, leurs applications et fonctionnements dans un contexte professionnel. Comment s’articulent et se construisent ces espaces de rencontres permettant de mener une réflexion collective.
Comment un geste de création individuel peut s’inscrire dans un contexte d’échanges, de collaborations et de conversations. Considérant que l’on « fait des conversations pour produire des réalités »*, de quelles façons celles-ci influencent et enrichissent les différentes étapes de la vie d’un livre.

* « On ne fait pas des conversations pour la conversation, on fait des conversations pour produire des réalités. Une fois, cela produit un livre, une autre, une exposition, une troisième fois, une nouvelle rencontre. », Hans-Ulrich Obrist, Qu’est-ce que le curating, p.42.

Achevé d’imprimer - programme

Dans la même rubrique